La flûte de Pan

La flûte de Pan est un instrument de musique à vent composé d’un ensemble de tuyaux sonores assemblés.

Elle appartient au groupe des aérophones, le matériau vibrant produisant le son étant l’air lui-même. Et plus précisément, puisqu’il s’agit d’une flûte, le son (vibration ondulatoire) est obtenu par la rupture d’une lame d’air sur un biseau.

Il existe dans le monde une grande variété de formes et d’organisations spatiales de cette flûte. Les matériaux utilisés sont aussi très variés. Mais quelle que soit la forme ou l’époque, elles dérivent d’un archétype commun: quelques chaumes (roseaux, bambous, etc.) rassemblés1.

On trouve des flûtes de Pan en Europe, en Asie, en Amérique, en Océanie et en Afrique. Ces flûtes portent naturellement de nombreux noms différents et « flûte de Pan » est en somme le nom générique français pour l’ensemble des flûtes appartenant à cette famille d’instruments. On utilise aussi en français, dans l’usage poétique ou didactique, le mot de « syrinx », qui rappelle l’origine mythologique, dans la sphère gréco-latine, de la flûte de Pan occidentale :

Tâche donc, instrument des fuites, ô maligne
Syrinx, de refleurir aux lacs où tu m’attends !

Un artefact millénaire…

Encore et toujours des artefacts millénaires posant question…

En Colombie, ont été retrouvées ces flûtes de pan fonctionnelles réalisées dans de la pierre d’une dureté de 8 sur l’échelle de Mohs.

Au delà des performances sonores, faisant que certaine d’entres elles émettraient des fréquences similaires à celles de notre cerveau, là encore, c’est la méthode de réalisation qui pose question, tout autant que celle de la raison de leurs utilisation…

Car en effet, bien que nous ne pouvons encore à ce jour expliquer les techniques de perçages dans les pierres de très grande dureté retrouvées ici et là à travers le monde, ici, c’est la technique utilisée pour réaliser le conduit du bas devant relier chacun des perçages verticaux.

Là, ça se complique sérieusement pour en donner une explication crédible, au vu de nos connaissance actuelles…

Source: Sebastien Flamanc 09/08/2020